Marc Cantin Auteur Poète
Ex  mes CRÉATIONS, mes RÉALISATIONS :
Animations
#Auteur
#Faits Vécu
#Infographies
#Poésies
#Vidéos
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1
01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37
b1

 

b1

 

Carte La lumière de ma vie est l'énergie de mon passé, qui envellope l'âme de mon présent vers un futur suspendu, par le savoir infini de mon esprit et avec les pouvoirs invisibles du temporel je deviens une forme de fusion, sur une ombre de couleur qui voyage dans un monde d'arcs-en-ciel et avec mes sentiments, sur la maladie de mon anticorps je touche avec les doigts de ma destinée le hasard de ma volonté, pour mieux croire que je suis un humain dans un corps de larmes, car avec des croix de pardons j'ai vu aux pieds de ma voie l'évolution du miracle d'Être, sur une chaise de solitude.

Seul dans la nature je marche avec la personnalité de mes peurs et par instinct je cherche le Nord de mon évasion sur une pierre de souvenir, car ma mémoire est fatigué de son histoire et dans un champs de fleurs je sens le parfum de la racine l'amour, pour le blé de mon itinérance et à genoux de mon horizon j'ai senti ma récolte devenir libre, car entre deux roches j'ai vu la beauté des fleurs s'épanouirent sur des tempêtes solaires.

Je me suis couché sur le dos de ma semence pour ressentir l'énergire de ma terre, car aux cieux de ma vision avec les yeux de mon espoir je visualise le trou noir de mon infini, pour toucher dans la profondeur le don du savoir, du gêne de ma création et entre les nuages je sens la froideur de ma survie qui envelloppe la voix de mon cœur, sur une correspondance oû la communication est devenue une onde cellulaire, dans une Bible sans pages.

J'attends souvent dans ma tête la souffrance qui me parle, comme un fantôme qui me visite presque chaque nuit et dans la fenêtre qui contient le regard des reflets de mon acceptation et avec la montre du minuit de ma vieillesse j'écoute l'heure de mes rendez-vous manquer, sur bureau d'affaire oû se trouve le livre de mon ambition et dans un coin au nu de mes larmes je vois mon habit de fierté, qui est plié dans le garde -robe de ma jeunesse.

Je suis sans mot pour partager la faute de mes blessures et avec ma volonté je voudrais faire transpirer la langue de ma foi sur la taie d'oreiller de mon sommeil, juste pour sentir le contact des êtres aimés, car sur des draps blanc j'ai des tâches de douleurs qui ne s'effacent pas, quand je veux dormir en paix et avec le sourire de Mona Liza sans cris animales je m'endors d'épuisement, pour croire que mon éveil sera soulager de la lourdeur de son jugement, car je dors dans une ruelle d’itinérance et ma santé m'a mis sans politique sur une table sans indenté.

J' ai oublié la clé du porte-bonheur dans la porte de mon passé et dans le passage j'ai égaré les milles pas de mon courage sur des bruits-court, oû la confiance a joué aux aller-venues avec moi et les murs des mumures de ma folie sont devenus des mots d'igorances, sur une lettre invisivle, pour le verbe de mon desir.

 

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc * 2013-12-31 * 18:45 PM
b1
b1

b1