Marc Cantin Auteur Poète
Ex  mes CRÉATIONS, mes RÉALISATIONS :
Animations
#Auteur
#Faits Vécu
#Infographies
#Poésies
#Vidéos
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1
01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40
41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66
b1

 

b1

Carte Je m’ennuie de ma mort, seul au sol de mes mains, je rêve sans pleur au miroir de ma joie

Dans le reflet de mes rêves meurt la solitude de mon amour

À ma terre sans humain au nombril sans ombre à la racine de mon père disparait la lumière de l’espoir de l’or de l’enfant en moi

Comme une bougie sans mémoire au temps qui la consume au reste des cendres chaleur de ma mère en devient le feu aux fantômes de mes rêves sans sommeil, je m’épuise aux médias de mon passé

Au temps des abonnés dont je suis membre de la rue sans demande au désespoir de la charité les Pleurs de mon orgueil dans les ruelles d’Hochelaga pour que le ruisseau ne soit pas une peine perdue à la rive de ma vie, j’ai le trottoir pour me sentir comme une pute a l’océan des drogues dans l’illusion des loups hurlent l’eau de ma survie à l’épuisement du lion en moi, je dors aux lèvres sèches sur le banc de mes cauchemars et mon être qui rit assis avec le diable à ma table sans repas à l’invité que je suis

Je tiens sur mon cœur une fleur pour le destin dans les rages de mes douleurs, le fusil de ma survie en devient un froid au métal de mes souvenirs

Maisonneuve en perd son histoire, au bateau de ma rame qui entend ma main sans lendemain au livre des pages

Aux doigts sans trace, j’oublie les écrits des cris dans les bibliothèques de l’ignorance de mon gouvernement

Au seuil de mes fautes accusées des jugements, je reste le point de mon je, à l’index de mes pages rap dans les danses aux bottes des pluies, les saisons aux feuilles de mon pays

Dans l’arbre des révoltes, cent ans de ma racine, je reste seul assis devant ma poésie

Jours des mots en seront que l’oubli aux canons de Napoléon sans écho à l’histoire des générations aux forêts perdus, j’y perds le chemin de mon nord, au gaz de mon étoile

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc * 2007-11-27 3 h 46 min 7 s AM
b1
b1
© 2017 Marc Cantin * Tous droits réservés

Tous les dons sont appréciés, qu'ils soient petits ou grands.. Merci : ) Membre Paypal : Pay pal cantinmarc@gmail.com

FAQ
b1