Marc Cantin Auteur Poète
Ex  mes CRÉATIONS, mes RÉALISATIONS :
Animations
#Auteur
#Faits Vécu
#Infographies
#Poésies
#Vidéos
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1
01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40
41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67
b1

 

b1

 

Carte Je suis le sourd de mes mots, sans texte aux paroles de mes écrits, qui deviennent l’âme de ma bouche au muet que je suis couché dans l'ombre de mon moi, mon, je me suis dans le lit du guide de mes rêves où l'esprit me parle du mal de l’oubli et l'enfer me jase dans l'ouïe du fœtus.

Au plasma de mon ADN se berce les combats du battement de l'être de mon cœur qui discute avec l'équilibre de ma douceur dans une main de malheur où pleure ma survie qui envie ma vie dans les sentiments de mon senti.

À la merci de mon rêve, l'enfance de mon bien devient l’eau de ma soif qui traverse le temps de mon jugement où la vague de la rive qui enivre l'illusion du jugement qui brûle le seuil de l'ombre de ma solitude.

La Naissance aux formes de mon texte, la poésie cachée nait dans l'écoute de la froideur où se glissent les vents de mon guide qui s’enterre les saisons dans un temps emprunté au printemps de mon espoir qui avertit le gel de l'hiver de ma peur et dans une écoute du printemps coulera la feuille du courant de l'espoir de mon verbe.

La Peau qui arrache le senti de l'eau de ma vie, l’été qui traverse mon ruisseau entrave la chaleur de mon esprit au moi de mon ouïe, l’autonome sans racine à la terre de mes pas et les routes des cousins de mes mains sans signe de ma génération, sans père à l'ignorance de l'ombre se cache derrière la porte de ma fierté, le passé aux photos sans cadre où meurent le pixel de ma larme.

Je suis invisible de l'âme qui frissonne l'esprit du cœur pour naitre qu'un passage dans un corps d'histoires où tournent les pages des souffrances dans un texte de la liberté qui en compose l'animal aux livres de mon chevet sans la lampe pour éclairer le souvenir.

L’Humain de bête qui guide l'équilibre de mon avoir, l’arthrite aux doigts de mon chemin qui en forme les routes dans mes souliers s’enracinent les pas de mes sentiments où résonnent mes hurlements au son du tonnerre qui éclaire le ciel dans une l'étoile de lune pour en faire un vœu.

Perdu au milieu de mon être où dort le sein de ma mère dans l'écho de l'arc-en-ciel de mon enfance, la solitude tue le temps ma culture où coulent les veines de mon amitié qui consume l'oxygène de la croix de ma liberté d'être.

Au senti de mon sang, la couleur mauve coule dans une conjugaison sans fin à mon écrit, assis sur le bord ma route dans un chagrin sans vitesse, aux reflets de mon ruisseau, mon corps devient un miroir de danse sans avoir au pain de sa table où sommeille l'appétit de dire, je t'aime à quelqu'un dont la poésie emporte son nom dans l'imaginaire du désir qui caresse la passion de deux êtres.

Toi, inconnu de mon bonheur au féminin de la clé de mon cœur entrelaces-moi dans la fusion du temps pour y sentir ta galaxie, pour entrer en moi et les ondes en deviendront les lumières d'une étoile pour embrasser l'infini de ton signe dans l'astre d'un baiser.

 

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc * 2008-03-20 3 h 16 min 19 s AM
b1
b1
© 2016 Marc Cantin * Tous droits réservés

Tous les dons sont appréciés, qu'ils soient petits ou grands.. Merci : ) Membre Paypal : Pay pal cantinmarc@gmail.com

FAQ
b1