Marc Cantin Auteur Poète
Ex  mes CRÉATIONS, mes RÉALISATIONS :
Animations
#Auteur
#Faits Vécu
#Infographies
#Poésies
#Vidéos
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1
01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29
b1

 

b1

 

Carte Couché dans la glace du temps de mon miroir, je vois l’ombre de mon corps qui s’enveloppe sur le reflet de l’aurore de ma lumière, sans parole aux couleurs de mon esprit, je m’éveille sur la toile de ma vieillesse

Aux larmes qui coulent sur la traverse de ma rivière vaguent les photos de ma jeunesse sans pixel aux souvenirs de mes rides

À l’ombre de mon cœur bat l’écho de mon bonheur perdu dans l’oubli de son verbe qui se décompose sur son adverbe

À la solitude qui se repose dans la paume de main se trouve le chemin de mon âme qui frissonne sur la route de mon espoir

Assis sur la montagne de ma nature, je m’endors sur la fleur qui contient la racine de mon éveil

Au sol de mon ignorance se trouve la terre de mon avoir, entrelacé sur la bête que je suis qui se tourne sur une boussole sans nord

À l’horizon de mon destin, je me couche sur l’évolution de mon éveil

Aux hurlements sans écho résonnent sans tonnerre, la profondeur de mes sentiments perdus sur l’envie des mes pères qui éclaire le fœtus de la vierge de ma mère

À l’eau qui purifie le corps des saints de l’enfance de ma vie, pleure la soif de mon être qui rive vers l’illusion d’être aimer. sans parole à la voix d’Allah, je dors sur le lit du jugement d’autrui

Pour être un apôtre humain condamné sur la croix de son péché et l’esprit de mon ange s’envole sur les ailes de mon karma, qui console les peines de mon hasard

Au destin de ma chair s’enchaine les os de ma prison, seul dans la cellule de ma liberté qui emprisonne les maux de mon cœur

Aux murs de ma condamnation se gravent des mots sans page qui tracent les saisons de mes vents, sans manteau pour réchauffer l’hiver de mes froideurs

Au regard de mon ciel se trouve la clé de mon Dieu, oublié dans le passage des étoiles de mes cieux, je me repose sur une fenêtre de paix où l’invité de la mort appelle l’horizon de mon mal qui ferme mes yeux avec une fleur de parfum pour devenir la tige de son sol.

Aux frimas de ma brume, laisses-moi être la glace de toi et quand le soleil se lèvera, je coulerai en toi pour fusionner la chaleur du bonheur et y sentir un verbe, pour te dire, je t’aime.

 

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc * 10/05/2009 00:51:52 PM
b1
b1
© 2017 Marc Cantin * Tous droits réservés

Tous les dons sont appréciés, qu'ils soient petits ou grands.. Merci : ) Membre Paypal : Pay pal cantinmarc@gmail.com

FAQ
b1