Marc Cantin Auteur Poète
Exemples de mes CRÉATIONS et de mes RÉALISATIONS :
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1
01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36
b1

 

b1

 

Carte Je regarde ma vie dans un temps emprunté qui voyage avec les sentiments invisibles de la vieillesse de mes larmes et dans l'ombre de la lumière de ma mémoire, seul avec l' amitié de mon miroir, je visualise les reflets de mes souvenirs pour ressentir la guérison de la liberté de mes cris, car je suis sans voix sur le regard de mes souffrances.

Sans paroles pour partager la voix de ma profondeur j'écoute les vents de la solitude de ma vie, pour apprendre la langue de mon cœur, sur la personnalité des saisons de mon d'itinérance et dans la ruelle de mes hantises, je visualise au nu de corps la montre de ma maladie, pour voir l'heure des rendez-vous de ma solitude qui toc les tictacs des minutes de mon cœur et sur les secondes qui calculent le miracle de ma foi avec un nombre infini, j'ajuste le minuit de mes rêves pour laisser sur une lune le vœu de l'évasion de mes blessures, car sur l'identité de mon étoile je veux voir la nature de mes pardons.

La pauvreté à déchiré les pages des cicatrices de mon verbe et avec la plume de la composition de mes maux, je compose au hasard sur une lettre les valeurs de ma forme, pour créer sur un mot la signature de mon espoir, car je veux lire même en silence que j'ai aimé dans un texte temporel.

Je me couche sur mon horizon pour ressentir la nature de ma vie et sur le dos de ma survie entre deux Sirius, je pense à mon acceptation pour envelopper mon âme sur un infini et dans l'astrologie sans signe pour le signal de mes nuits, j'ouvre mes yeux pour trouver la main d' un Dieu, car je suis mort avec la lecture de sa bible et avec le don de soi, je renaît pour mieux croire en moi l'éveil de ma croix, car je suis un apôtre de sacrifice, sur un destin oublié dans une photo de sourires.
L'invisibilité de mes blessures déchire la chair de mes larmes sur le corps de la solitude de mes sentiments et sans heures pour les rendez-vous de ma montre, seul avec l'ombrage des aiguilles de mes ressentiments, je sens au toucher de ma profondeur l'identité de mes cicatrices qui hantent mes rêves sur des désirs de pardons et avec la foi de ma destinée, sur l'infini du gêne de ma cellule, je fusionne la forme des mots de ma volonté sur une page blanche car je veux être libre de mon écriture, sur un texte d'étoiles.

Dans un ciel d'astrologie à genoux devant les pourquoi de mes vertiges, je lève la foi de mes yeux devant le mur de mon sujet pour mieux voir entre les briques de mon temporel les nuits de mes hurlements et dans l'air de l’oxygène de mes trous noirs, je voyage avec la maladie de ma création, pour croire en l’entité d'un ange, car dans le vide de ma tête où se trouve la glande hypophyse de mon courage, j’entends la voix de la mère de Dieu, qui dit à la vieillesse de mes sourires, tu n'es pas seul dans ton monde d' itinérance, car l'espoir aura toujours une main d'amitié dans l'aurore boréale de ta fusion, car tu es une molécule infini dans un temps emprunté aux miracles.

Sans diplôme pour l'éducation de mes pleurs, je laisse sur une table inconnue le diplôme de ma vérité et entre deux mots je dépose la voyelle de mon avoir pour composer la langue de mon alphabet, sur la page de ma guérison et en silence avec la virgule de ma signature j’efface mon histoire, sur un texte du verbe aimer et avec l'encre de ma plume je signe sur la parole, sa poésie.

Sur un banc des saisons au nu de mon corps, sans pantalon pour partager la fierté de ma vie, je me couche sur l’entre-temps de ma survie, pour y ressentir la personnalité de ma pauvreté et avec mon imagination, je crée la fin de mon monde pour me souvenir de la lumière de ma mémoire, car je veux renaître sur un anticorps où je pourrais avoir le choix de mes blessures, car dans le miroir de ma vision, je vois le brouillard de mon enfance et seul avec l'illusion de mon bonheur, j’essaie de toucher le visage de mon acceptation, car le regard de ma liberté est figé dans la glace de mes peurs.

 

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc* 2012-06-16 12:59:04 PM
b1
b1
b1
© 2017 Marc Cantin * Tous droits réservés

Tous les dons sont appréciés, qu'ils soient petits ou grands.. Merci : ) Membre Paypal : Pay pal cantinmarc@gmail.com

FAQ
b1