Marc Cantin Auteur Poète
Ex  mes CRÉATIONS, mes RÉALISATIONS :
Animations
#Auteur
#Faits Vécu
#Infographies
#Poésies
#Vidéos
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1
01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27- 28 - 29 - 30 - 31 - 32- 33 - 34 - 35 - 36 - 37
b1
Po 24 Août 2013

 

b1

 

Carte Le talent du cœur, c'est d'avoir le don d'Être dans une lumière de foi et avec l'écoute de l’artère d'un Dieu, je sentirais l'invisible du plasma de mes sentiments sur le corpus de mes larmes, car j'ai oublié de croire au miracle de mon existence, sur une table de cendre et en silence avec mon enveloppe corporel je touche mon infini, pour déposer la langue de ma destinée sur une page blanche et dans un tunnel de nuages, dans un entre deux mondes je libère l'impesanteur de la création de mon esprit, pour mieux renaître en Nano d'énergie et en trois D je verrais mon pardon sur une onde cellulaire, car le temps sera devenu que androlâtrie sur un message texte.

Je voudrais être un humain sur un corps de guérison, car mon âme a besoin de ressentir la chair de la vérité, juste pour dire que j'ai vécu pour donner un sourire sur un visage de misère.

Ma jeunesse disparaît sur une photo de souvenirs et avec la mémoire des ombres des couleurs, je me rappel du parfum qui me fesais courir dans un champ de cache-cache, où l’innocence des contes de fées existaient et avec la volonté du dendrolâtrie de ma vieillesse je prie pour dire merci, car j'ai eu la chance d'existé sur la nature d'un horizon et sur un désir je ferme les yeux, pour me reposer en paix.

J'ai eu tellement mal sur mes cris, que même l'amitié des anges étaient sans voix et par peur j'ai lâché prise pour mieux comprendre la boussole de mon vertige, car mon identité avait perdue le Nord de mon cœur sur un mur de graffitis, par chance que j'ai eu un jour une main remplies de doigts d'amitié qui a ouvert la paume, sur les couches de la peau de mon espoir, car je peux me lever pour marcher avec un ami, qui a accepté ma infusion d'être.

Je vie souvent avec un verre vide, sans avoir aucunes gouttes d'eau pour me sentir vivre et pourtant je hume mes deux pieds sur le bord de la mer et assoiffé par la survie je m'assoie sur le banc de mon jugement, pour ressentir l’univers de mes blessures, car je voudrais rire avec un apôtre pour partager la croix de mes pêchers, car j'ai eu soif avec la solitude de mes pleurs.

L'injustice c'est de pas accepté la prison de son hôte, en face de soi et qu'un juge en condamne par la loi la religion de l'homme, sur la chaise de l’ignorance, car j'ai été condamnée dans une bible, où les faits vécus de ma réalité ont déchiré la conjugaison de la valeur de mes mots, sur un adverbe de subsistance et dans un trou noir où j’attends les portes de métal se fermées sur mes rêves, je cherche sur le plancher de mes milles pas mes pourquoi, car entre les barreaux je voudrais voir ma liberté respirer sur un mur de pierre.

 

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc * 2013-09-17 02:19:20 AM
b1
b1
© 2017 Marc Cantin * Tous droits réservés

Tous les dons sont appréciés, qu'ils soient petits ou grands.. Merci : ) Membre Paypal : Pay pal cantinmarc@gmail.com

FAQ
b1