Marc Cantin Auteur Poète
Ex  mes CRÉATIONS, mes RÉALISATIONS :
Animations
#Auteur
#Faits Vécu
#Infographies
#Poésies
#Vidéos
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
b1

01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10

b1

 

b1

 

Carte La faute des autres a déformé la langue de mon savoir et sans genre sur la lettre de mon histoire, le sujet de mon verbe est devenu un temps suspendu, sur des virgules qui n’ont plus de raison d’être, car j’ai brisé ma plume sur des mots de douleurs, pour mieux oublier les paragraphes de mes peines, parce que j’ai vécu avec le jugement des paroles, dans des ruelles des ouï-dire et comme un sans-abri les échos de ma voix sont restés sans écoute, pour le respect de mes valeurs, car mon âme est née avec un corps malade, jugé par la main de l’Homme, d’où l’amitié a fait disparaitre l’espoir de la confiance de ma foi, dans la lumière de mes yeux et sans aucune vision pour mieux ressentir la présence de l’amour, je meurs avec la solitude de mon cœur, pour ne plus entendre vivre mon malheur, dans le sommeil de mes nuits, car j’entends souvent hurler mes détresses dans ma tête, comme un fou attaché avec une camisole de force, sans hasard pour le destin de mon bonheur et sans heure à mon temps, comme un mal-aimé le mal de vivre me fait vieillir, devant un miroir emprunté dans un monde imaginaire, qui contient des ombrages de misères sur des corps célestes, dont les reflets de la profondeur hantent ma joie de vivre, sur le lit du viol de mon enfance et comme un innocent, je cherche à travers le brouillard de mon autonome, à oublier mon chagrin dans la fenêtre de mes saisons.

À la croisée des chemins, je me suis perdu devant l’horizon de mes rêves, car sur la route de ma détresse j’ai égaré la volonté de ma raison de vivre, parce que j’ai crié si fort que j’en ai brisé ma voix avec la parole de mes hurlements, maudite misère je sens ton vent me bruler sur la chair de mes désirs, quand je marche nu dans la rue de ma mémoire et sans aucun souvenir pour ressentir la présence du bonheur, je meurs avec la lettre de ma poésie avec la main sur le cœur, pour mieux lire mes verbes sur la croix de mes sacrifices, car j’ai gravé sur ma pierre tombale, il a vécu avec l’espoir d’être simplement aimé, mais hélas il a survécu avec l’enfer dans les yeux de sa peine, condamné à souffrir avec l’acceptation de son être, sur une photo de famille devenue sans valeur, pour partager des couleurs de joies dans un monde abstrait.

L’excuse du mal-être se pardonne-t-elle par les pensées spirituelles, car mille fois j’ai prié en silence avec la foi de mon esprit, pour mieux croire devant des murs de lamentation, pour ne plus ressentir vivre des cris de tortures, dans les sommeils de mes cauchemars, car j’ai vécu avec le raisonnement des bombes sur une terre d’adieu, qui contient la semence de la nature de mes souffrances, devenues invisibles pour y partager la route de mon amitié et coucher sur le blé de ma récolte, je pense au pouvoir de mon éveil, car j’ai rêvé que la paix d’une nation existe sur un drapeau blanc.

© Copyright * Droits d'auteur composés par Marc Cantin * Montréal, Qc * 16-04-2017 23 : 44 PM
b1
b1
© 2017 Marc Cantin * Tous droits réservés

Tous les dons sont appréciés, qu'ils soient petits ou grands.. Merci : ) Membre Paypal : Pay pal cantinmarc@gmail.com

FAQ
b1